Facebook Ergotech
Close

Derniers Posts

Troubles musculo-squelettiques : genou et cheville
Même si les troubles musculo-squelettiques sont plus fréquents aux membres supérieurs, les jambes ne sont pas...
le Nov 10, 2020 | par Marion Bihoué
La tendinite et le syndrome du canal carpien
Les troubles musculo-squelettiques sont la première cause de maladies professionnelles en France. Au bureau ou en...
le Oct 28, 2020 | par Marion Bihoué
Quels sont les troubles musculo-squelettiques du coude et comment les éviter ?
Hygroma, épicondylite, épitrochléite, les pathologies du coude sont nombreuses et représentaient 22 % des cas de TMS...
le Oct 12, 2020 | par Marion Bihoué

Qu’est-ce qu’un trouble musculo-squelettique (TMS) et comment les reconnaître ?

Posté le: août 3, 2020 | Auteur: Marion Bihoué | Catégories: Nos conseils Ergo

Les TMS, une maladie très présente mais encore méconnue.

Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) sont la cause de 87 % des maladies professionnelles en France. Malgré ces chiffres alarmants, les TMS sont encore méconnus et il est possible que vous en souffriez sans même le savoir. Ces troubles se déclenchent suite à des facteurs variés et peuvent être la cause de nombreuses douleurs.

Qu’est-ce qu’un trouble musculo-squelettique (TMS) et comment les reconnaître ?

Les troubles musculo-squelettiques peuvent toucher tout le corps

Les troubles musculo-squelettiques, plus couramment appelés TMS, sont des maladies qui affectent les tissus mous situés autour d’une articulation. De nombreux éléments du corps peuvent donc souffrir d’un TMS : les muscles, les tendons, les ligaments, les nerfs ou encore les cartilages.

Toutes les parties du corps peuvent être atteintes par les troubles musculo-squelettiques, mais les parties les plus fréquemment touchées sont :

- le dos (lombalgie),

- le poignet (syndrome du canal carpien),

- le coude (épicondylite),

- l’épaule (syndrome de la coiffe des rotateurs).

Les membres inférieurs, sont moins touchés. Le TMS des membres inférieurs le plus courant est l’hygroma du genou.

Les TMS, de plus en plus fréquents

En 2015, les troubles musculo-squelettiques représentaient 87 % des maladies professionnelles déclarées et ayant fait l’objet d’un arrêt maladie ou d’une réparation financière. Le nombre de cas déclarés augmente de 20 % par an mais le nombre précis de personnes souffrant de TMS reste difficile à établir, car de nombreux salariés ne déclarent pas leur maladie par peur de perdre leur emploi. 

Les TMS sont un problème de santé publique et représentent une grande préoccupation de la santé au travail. L’augmentation continue de la fréquence des troubles musculo-squelettiques en milieu de travail devrait être considérée comme un signal alarmant du dysfonctionnement d’un poste et de la pénibilité au travail.

Les facteurs à l’origine des TMS

Les TMS résultent d’une accumulation de plusieurs facteurs déclencheurs ou aggravants qu’il est important de prendre en compte et de maîtriser pour garantir sa santé et son bien-être.

L’intensité, la fréquence et la durée : 3 éléments prépondérants

Les TMS apparaissent suite à la surutilisation d’une articulation, que ce soit en termes de fréquence ou d’amplitude de l’articulation. La répétition de cette surutilisation, alliée à une récupération insuffisante, entraîne à long terme des lésions à l’origine des troubles musculo-squelettiques.

La durée de l’effort fait en fait référence à 2 notions : la durée de maintien de l’effort ou de la posture, et le nombre d’années pendant lequel le travailleur exerce ce travail.

La posture adoptée lors du travail joue également un rôle dans l’apparition des troubles musculo-squelettiques. En plus de la posture générale du corps, il faut faire attention à la position de chaque articulation, par exemple au positionnement du poignet lors de la manipulation ou de la prise d’un objet. Un poignet plié en permanence aura plus de chances de souffrir d’un TMS qu’un poignet maintenu bien droit, sans effort.

Les chocs et les vibrations, des facteurs aggravants

Les différents membres sont soumis à des chocs et impacts lors du travail, que l’on appelle « crêtes hautes ». Par exemple, lorsque vous appuyez à répétition sur un élément, les chocs se répercutent dans les muscles et les tendons de l’avant-bras.

De la même façon, les vibrations ou « crêtes basses » subies par exemple lors de la manipulation d’engins électriques favorisent l’apparition des troubles musculo-squelettiques.

Le froid constitue également un facteur de risque dans l’apparition des TMS. L’engourdissement entraîné par le froid réduit la dextérité et la force des mains, effectuer un même travail est donc plus difficile dans un environnement froid. De plus, une personne exposée au froid aura naturellement tendance à contracter les épaules, ce qui augmente la tension musculaire et peut aussi favoriser les troubles musculo-squelettiques de l’épaule.

Comment détecter les troubles musculo-squelettiques ?

Les troubles musculo-squelettiques se caractérisent généralement par une douleur et une gêne progressives qui peuvent par exemple empêcher le malade de réaliser certains mouvements ou de tenir un objet. Cependant, il arrive parfois que le TMS se développe sans symptômes apparents. Dans ce dernier cas, le TMS se développe rapidement et soudainement.

Afin de limiter l’apparition des troubles musculo-squelettiques liés à l’activité professionnelle, il est important d’adapter son environnement de travail. Pour ce faire, il est possible de réaliser une étude ergonomique afin d’analyser l’environnement de travail et d’identifier les éléments pouvant favoriser l’apparition des TMS.

Close